Views
1 year ago

Production Maintenance n°71

TECHNOLOGIES

TECHNOLOGIES Maintenance sur un groupe froid L’audit énergétique est le point de départ essentiel pour une bonne définition des actions de maîtrise de l’énergie. Il doit idéalement s’insérer dans une démarche plus globale que l’on peut qualifier d’étude énergétique. Il s’agit d’identifier les gisements d’économies d’énergie et d’établir un plan directeur pour son exploitation rationnelle afin d’adapter en continu la stratégie énergétique de l’entreprise. Une fois réalisé, l’audit énergétique fournit le socle nécessaire de démarches plus complètes. Il est le point de départ pour la mise en œuvre d’un Système de management de l’énergie (ISO 50001). Y a-t-il à ce sujet un « avant » et un « après Covid 19 » ? Oui, il y a un « avant » et un « après Covid 19 ». Tout d’abord, à travers le plan de relance du gouvernement. L’industrie a été particulièrement touchée par cette crise, et le gouvernement a mobilisé des moyens inédits pour soutenir le secteur. Un des objectifs de ce plan est d’inscrire les entreprises dans la transition écologique et numérique. Nous retrouvons dans ce plan différentes aides et solutions qui vont aider les entreprises dans leurs démarches de neutralité Carbonne : Les prêts verts Ademe-BPI France, les dispositifs de soutien à la décarbonation – modernisation des procédés et chaleur bas carbone, le prêt économies d’énergie bpifrance, etc. Pilotage des installations énergétiques au sein du groupe Engie Solutions Ensuite, aujourd’hui, face à cette crise et ses conséquences passées et à venir, nos clients redéfinissent leur stratégie et objectifs et effectuent des arbitrages budgétaires. Nous les accompagnerons dans la recherche de solutions adaptées, notamment via le financement de projets ‘‘as a service’’. De plus on observe une pression encore plus forte sur la réduction globale de l’em- 14ı PRODUCTION MAINTENANCE • N°71 • octobre-novembre-décembre 2020

TECHNOLOGIES preinte environnementale des activités industrielles, notamment, une meilleure intégration dans la dynamique des territoires, avec une demande de relocalisation française des activités. Nous accompagnons nos clients dans une démarche de croissance qui vise à réconcilier leurs enjeux économiques et de performance avec les intérêts de leurs parties prenantes et ceux de la planète. Nous croyons que réduire son empreinte environnementale n’implique pas de renoncer à sa croissance économique. D’une part parce que le fait de recourir à des énergies vertes peut être un critère de différenciation profitable, mais aussi parce que la réduction des dépenses énergétiques représente une baisse conséquente des coûts de production et des frais de fonctionnement. Nous souhaitons participer activement au développement des usines de demain par le déploiement rapide de nouvelles usines « contributives » à nos territoires alliant performance énergétique et économique. Comment gagner en efficacité énergétique ? Sur quelles installations et quels équipements agir ? Il peut y avoir de multiples facteurs de surconsommations de l’énergie comme le manque de maintenance des installations (pertes de performances), le non-respect des paramètres de consignes (températures, pressions, débits…), le mauvais réglage des systèmes de production des utilités (chaudière, groupe froid, centrale de production d’air comprimé...), la marge de sécurité prise par le producteur des utilités, la planification en défaveur des consommations d’énergie, des équipements surdimensionnés par rapport aux besoins réels de la production, le manque de prise en charge de la problématique énergie par la production, le comportemental (dépenses inutiles ou irrationnelles)… sans oublier l’âge de certaines installations dont les performances sont largement dépassées par celles de génération récente. Une démarche structurée s’appuie sur trois leviers : la réduction des gaspillages, l’optimisation de l’existant et les nouvelles technologies Les facteurs d’influence sont les paramètres internes et externes qui font varier de façon significative la consommation d’énergie. Leur connaissance est nécessaire aussi bien pour comprendre l’évolution des consommations que pour estimer les consommations à venir. Les indicateurs de performance énergétique (IPE) permettant le suivi et la gestion des consommations d’énergie doivent être associés aux facteurs d’influence. Comment mieux repérer les équipements énergivores ? Grâce à quelles méthodes/pratiques Nous proposons à nos clients la méthode suivante : celle-ci démarre par la réalisation d’un audit : au préalable de l’audit, nous récupérons les données de consommation énergétique du site industriel et nous définissons les premiers axes d’amélioration. Cette première analyse est complétée par un audit de terrain réalisé par des équipes spécialisées et éventuellement la nécessité d’instrumenter les installations et équipements pour obtenir plus d’information sur les consommations. Ensuite vient la restitution de l’audit, une restitution autour du point zéro de la démarche et évaluation du potentiel de progrès. Puis vient le plan d’action : nos équipes proposent des Actions de performance énergétique et carbone (Apec). Chaque solution est chiffrée en y intégrant les CEE (Certificat d’économie d’énergie) éventuels et le calcul du temps de retour sur l’investissement. Enfin, nous passons à la mise en œuvre des solutions : après sélection des Apec, nous réalisons les prestations et proposons à nos clients un Contrat de performance énergétique (CPE). Cette démarche structurée s’appuie sur trois leviers : la réduction des gaspillages, l’optimisation de l’existant et les nouvelles technologies. L’audit énergétique constitue la démarche initiale essentielle pour garantir une bonne définition des actions de maîtrise de l’énergie. L’étude approfondie des différents postes consommateurs d’énergie permet de mettre en évidence des gisements d’économies d’énergie et de déterminer les actions et les investissements envisageables pour les exploiter, au meilleur coût pour l’entreprise. L’analyse porte sur les consommations d’énergie des équipements de production et sur les utilités (éclairage, production de chaud et de froid, air comprimé, force motrice, etc.). Réaliser avec succès cette démarche suppose toutefois la prise en compte d’un certain nombre de préalables s’agissant du périmètre de l’étude, de l’organisation interne à mettre en œuvre, du choix du prestataire à retenir et du déroulement du processus à concrétiser. PRODUCTION MAINTENANCE • N°71 • octobre-novembre-décembre 2020 ı15

Production Maintenance - Découvrez la revue en version digitale

Découvrez la revue en version digitale sur votre mobile

Pour vous abonner, joindre la rédaction, communiquer dans la revue ou simplement avoir plus d'informations sur votre métier, rendez-vous sur notre site internet :

www.production-maintenance.com