Views
1 year ago

Production Maintenance n°39

  • Text
  • Gmao
  • Industriels
  • Produits
  • Solutions
  • Permet
  • Ainsi
  • Gestion
  • Octobre
  • Novembre
  • Maintenance
Dossier spécial GMAO : les outils de la maintenance de demain

Hygiène – Santé –

Hygiène – Santé – Sécurité Gestion des déchets Canon fait appel à TMW pour traiter ses flux de déchets DR La solution « Ecostill » de TMW a été retenue par Canon Bretagne pour répondre aux besoins industriels de son site de fabrication de Liffré. Objectif pour le spécialiste de la fabrication et l'assemblage de produits pour la bureautique : traiter et réduire le volume de ses déchets, tout en faisant des économies dans l'exploitation des eaux usées. Pari réussi pour la « cleantec » qui n'a pas hésité à investir près de 5M€ en R&D pour mettre au point une technologie innovante baptisée Ecostill, laquelle a été mise en place dans la filiale bretonne de Canon en juillet dernier. L ’actualité est « chaude » pour TMW, société française implantée à Angers et dédiée à la production d’eau pure. Après une nouvelle levée de fonds de 900 000 euros réalisée en mai dernier auprès d’investisseurs historiques et européens pour acquérir des outils nécessaires à la production de sa technologie Ecostill (moules, postes de soudure et d’assemblage...), la start-up angevine a annoncé en juin dernier un contrat avec Canon. TMW va en effet commercialiser une unité composée de deux modules Ecostill, laquelle est entrée en fonction fin juillet sur le site de Liffré (Ille-et- Vilaine), dans le but de réduire le volume et le coût de traitement des effluents « Module Ecostill » DR générés par l’activité de Canon Bretagne, tout en préservant l’environnement. Spécialisé dans les domaines de l’électronique, la plasturgie, l’assemblage ou encore l’emballage, le centre de production de Canon Bretagne recherchait un partenaire pour traiter des déchets liqui - des comme les eaux de rinçage et de lavage des pièces, des sols, qui contiennent des polluants tels que les tensio actifs, les traces de métaux ou de lubrifiants. « Nous avions rencontré des représentants de Canon sur le salon Pollutec, lesquels s’étaient montrés intéressés par notre procédé car le site abrite des cuves de liquide aqueux et des eaux lessivielles, se souvient Olivier Boisdon, directeur technique de la société TMW. Canon Bretagne possède notamment une cuve de 260 m 3 qu’il faut impérativement vider pour en traiter le contenu. En ce qui nous concerne, nous nous attaquons directement au volume de liquide. Si bien que notre procédé permet d’économiser à la fois des coûts liés au transport mais aussi au traitement en tant que tel. De plus, cette eau ainsi récupérée peut être réutilisée dans le réseau ». Une préoccupation de traitement doublée d’une volonté de réduire le volume de déchets Présentée par la société angevine comme « la solution de concentration de déchets industriels la plus simple du marché », Ecostill reproduit le cycle naturel de l’eau avec évaporation, puis diffusion de la vapeur dans l’air et condensation de la vapeur sous forme d’eau distillée. L’eau se trouve ainsi recyclée et peut être soit réutilisée, soit rejetée sans risque dans l’environnement. « L’installation mobile proposée par TMW nous permettra de traiter les trois flux de déchets actuellement gérés en trois points distincts de notre site de production, nous permettant ainsi de maximiser le retour sur investissement », ont déclaré de leur côté Daniel Reux et Sylvain Heligon, de Canon Bretagne. L’autre préoccupation de Canon Bretagne était de répondre à une volonté de réduction du volume des déchets, tout comme celle du coût de traitement, mais aussi PRODUCTION MAINTENANCE ➤ OCTOBRE, NOVEMBRE, DÉCEMBRE 2012 ➤ PAGE 72

Hygiène – Santé – Sécurité en plastique qui ne présentent aucun risque de corrosion. Ecostill représente ainsi pour les industriels une solution sûre, robuste, dont le fonctionnement et la maintenance ne perturbent par l’activité de production de l’entreprise par des pannes répétitives. Il suffit de raccorder le module à une source de chaleur, une alimentation d’effluent et à une évacuation de l’effluent concentré et de l’eau pure produite pour disposer d’une solution complète, fiable, prête à l’emploi en quelques heures. Le système que propose TMW est facilement accessible et ne s’encrasse que très peu. Une simple maintenance périodique suffit à l’entretenir ; « il suffit simplement de changer les filtres de temps en temps, souligne Olivier Boisdon. Il y a toutefois une opération de pré-filtration à effectuer afin de s’assurer qu’aucun corps étranger ne pénètre dans les pompes et ainsi éviter la formation de tartre ». Mais un automate se charge de gérer automatiquement la surveillance du module. DR d’une réutilisation de l’eau propre. À ce titre, Ecostill répond aux ambitions « vertes » du groupe grâce à la concentration des déchets liquides et au recyclage de l’eau pure et déminéralisée extraite du site. « Nombreuses sont les industries qui produisent des liquides pollués, voir hautement nocifs, nuisant gravement et durablement à l’environnement, explique Antoine Gourdon, directeur du développement chez TMW. Deux options s’offrent donc à Canon Bretagne : transmettre la totalité de ces liquides pollués pour qu’ils soient traités dans des centres spécialisés, ou concentrer ces liquides et transmettre le volume ainsi réduit pour traitement. Si la première option semble plus simple, la seconde leur permet de faire des économies sur les frais de traitement extrêmement élevés des centres de dépollution. Il en résulte une réduction significative des volumes pollués de manière élémentaire et économique : une concentration d’environ 85% pour les deux modules que nous livrerons pour Canon Bretagne. » Une facilité de maintenance évitant toute interruption de la production La simplicité de fonctionnement contri - bue aux objectifs de générer zéro rejet en même temps qu’aux économies de consommation d’eau. Basée sur la nou - velle technologie brevetée MHD (multistage humidification déshumidification), ce module met en œuvre des composants Un an et demi devrait suffire à Canon Bretagne pour rentabiliser son investissement, en raison des faibles coûts de maintenance, de la récupération de l’eau, de la simplicité d’entretien et grâce au fait que l’installation ne tourne pas en continu mais seulement en fonction du remplissage de la cuve. Une bonne opération à la fois écologique et rentable ■ Olivier Guillon Un logiciel pour optimiser la gestion de ses déchets Un accord de co-développement a récemment été signé entre le Centre technique des industries mécaniques (Cetim) et la société Trinov doit permettre de faciliter la bonne gestion des déchets mécaniciens et d’en optimiser leur élimination. Présente depuis plusieurs années sur le terrain de la gestion des déchets et des effluents industriels, Trinov a mis au point un logiciel d’optimisation appelé Nova et dont les services sont accessibles en ligne. Un produit qui a déjà su séduire une centaine de clients industriels, mais pour lequel les données spécifiques à la mécanique demeuraient incomplètes. L’accord de développement conclu entre les deux entités vise justement à doter Nova d’un outil d’analyse des processus industriels pour en faire un système complet de gestion et de réduction des déchets mécaniciens. Objectif : déterminer en quelques clics, en fonction des matières consommées, de la typologie des déchets et de la localisation de l’entreprise, les meilleures solutions de traitement et de valorisation (procédés de réduction de la production de déchets à la source, choix des bons matériels et des bons prestataires, fréquences de collecte, comparaison aux prix de marché, indexation sur des indices ou des mercuriales pour suivre les matières valorisables telles que les métaux, etc.). « Une fois les solutions identifiées, l’outil Nova permet d’assurer en quelques minutes par mois une gestion en continue des déchets avec des systèmes d’alertes en fonction de la quantité des entrants et des sortants », indique Dan Dassier, un des fondateurs de l’entreprise. Un accord conclu en cohérence avec le grand projet Open Green Mind du Cetim qui vise à stimuler le développement d’une nouvelle offre mécanicienne nationale sur les filières vertes en mettant notamment à profit des leviers technologiques. L’accord réalisé va donc permettre de doter Nova des données mécaniciennes spécifiques qui permettront aux industriels de mieux gérer, à la source (dès l’acquisition de matière), leurs productions de déchets et leur élimination. La mise en ligne est prévue d’ici la fin de l’année. PRODUCTION MAINTENANCE ➤ OCTOBRE, NOVEMBRE, DÉCEMBRE 2012 ➤ PAGE 73

Production Maintenance - Découvrez la revue en version digitale

Découvrez la revue en version digitale sur votre mobile

Pour vous abonner, joindre la rédaction, communiquer dans la revue ou simplement avoir plus d'informations sur votre métier, rendez-vous sur notre site internet :

www.production-maintenance.com