Views
1 year ago

Production Maintenance n°39

  • Text
  • Gmao
  • Industriels
  • Produits
  • Solutions
  • Permet
  • Ainsi
  • Gestion
  • Octobre
  • Novembre
  • Maintenance
Dossier spécial GMAO : les outils de la maintenance de demain

Maintenance préventive Outil L'organisation de la maintenance passe aussi par une bonne gestion des actifs Architecte d'application pour le compte d'IBM et de sa suite logicielle Maximo, Jean-Marie Desaunay revient sur l'importance de la gestion d'actifs sur les sites industriels. Un élément prédominant tant pour l'organisation des équipes de maintenance en interne qu'à l'extérieur, en particulier pour le département SAV et les interventions sur du matériel appartenant désormais aux clients d'une entreprise. Quel que soit le responsable maintenance que vous trouverez en face de vous, il vous répondra la même chose lorsqu’on l’interrogera sur les principales contraintes qui dictent son travail au quotidien : « il faut travailler davantage, plus vite, moins cher et fournir des prestations de meilleure qualité ». À croire que cette équation est née après le début de la crise économique et industrielle qui frappe la planète depuis plus de quatre ans. Pourtant, l’amélioration est, bon gré, mal gré, dans l’ordre logique des choses et celle-ci n’a pas épargné l’espèce humaine au travail. Réduire les coûts, accroître le taux de disponibilité, les performances et le niveau de qualité sont des critères toutefois nettement plus affirmés qu’hier et cela se ressent au quotidien ; ils ont même fini par modifier l’usage et les attentes de certains services ou fonctions dans l’entreprise. C’est le cas par exemple de la gestion des actifs. Comme l’explique Jean-Marie Desaunay, architecte d’application chez IBM, « la gestion des actifs n’est plus seulement considérée comme un centre de coûts mais comme un moyen permettant d’optimiser les performances en agissant sur le matériel et en jouant sur la qualité ». Voici exposée la première des contraintes du responsable de maintenance. Mais ce n’est pas tout, puisque les exigences réglementaires – de plus en plus nombreuses – en particulier dans le domaine de la qualité-sécurité-environnement, viennent impacter la profession. Cela est d’autant plus le cas lorsqu’une entreprise fait appel à un sous- DR traitant, lequel doit être informé voire formé sur les règles de sécurité à adopter sur le lieu d’intervention. La maintenance s’intègre dans une vision globale des actifs de l’entreprise Autres contraintes venant s’ajouter aux premières : établir des comptes rendus d’intervention ; en d’autres termes, il s’agit « de gérer le présent tout en anticipant l’avenir. Le processus de production étant de plus en plus optimisé, la maintenance doit s’adapter et prévoir le plus en amont possible les éventuels arrêts de production ». De plus, auparavant, les équipements n’occupaient qu’une seule et unique fonction. Aujourd’hui, de multiples capteurs entourent une machine ou une installation assurant par exemple des procédures d’alerte et de collecte d’informations que la maintenance doit désormais prendre en compte et intégrer pour mieux les utiliser. Enfin, la maintenance doit désormais être pleinement intégrée dans l’environnement de l’entreprise et au sein du processus global, que ce soit au niveau du design des équipements que sur les lignes de fabrication. Dernière préoccupation de la maintenance – et c’est aussi celle de toute une entreprise : avoir une vision globale de tous ses actifs, du parc de machine et du système industriel au bâtiment en passant par les moyens informatiques et tous types d’infrastructure. Le système de gestion de la maintenance doit aussi gérer tout cela, et c’est là qu’intervient IBM et sa solution Maximo. « Notre objectif est de répondre à tout type de besoins, du plus simple – c’est-à-dire remplacer un système devenu un peu obsolète – au plus complexe pour gérer toutes les classes d’actifs avec une seule et même solution. Mais attention ! Une GMAO unique n’existe pas. C’est pourquoi il est nécessaire de bien identifier un besoin particulier et d’y répondre avec une suite telle que Maximo. L’essentiel étant de nous adapter aux besoins du client et non l’inverse ». Gestion du SAV et prise en compte de la notion de « client » Disposer d’une solution de gestion d’actifs est souvent la bienvenue, surtout si celle-ci peut s’adapter et évoluer en fonction des besoins de l’entreprise, en particulier lorsque celle-ci augmente ou diminue ses moyens de production ainsi que ses effectifs, ou bien au contraire quand elle montre des signes de croissance externe par exemple. Mais une solution telle que Maximo peut également PRODUCTION MAINTENANCE ➤ OCTOBRE, NOVEMBRE, DÉCEMBRE 2012 ➤ PAGE 36

Production Maintenance - Découvrez la revue en version digitale

Découvrez la revue en version digitale sur votre mobile

Pour vous abonner, joindre la rédaction, communiquer dans la revue ou simplement avoir plus d'informations sur votre métier, rendez-vous sur notre site internet :

www.production-maintenance.com