Views
1 year ago

Production Maintenance n°39

  • Text
  • Gmao
  • Industriels
  • Produits
  • Solutions
  • Permet
  • Ainsi
  • Gestion
  • Octobre
  • Novembre
  • Maintenance
Dossier spécial GMAO : les outils de la maintenance de demain

ACTUALITÉS entreprises

ACTUALITÉS entreprises & marché Observatoire Réseau maintenance ® Afim Tendances économiques du marché de la maintenance industrielle L’équipe de l’Observatoire Réseau maintenance ® , spécialisée dans le marché de la maintenance industrielle depuis 1988, réalise chaque année une enquête de conjoncture auprès des donneurs d’ordres industriels afin d’avoir une vision précise de l’évolution des dépenses de maintenance et des budgets de sous-traitance qui en résultent. Le résultat de ces travaux est mis en perspective avec les prévisions macroéconomiques et sectorielles réalisées par Pair-Conseil. La zone euro territoire de faiblesse pour l’économie mondiale Alors que l’austérité s’est généralisée au sud et au centre de l’Europe, la croissance de la zone euro est très dépendante de la demande interne allemande. En zone Euro, en l’absence de fédéralisme, chaque pays est livré à lui même.Aussi, les pays attaqués sont ceux à fort déficit commercial et donc dépendants des capitaux étrangers (ceux du nord de la zone). Mais la compétitivité est un concept relatif : les balances externes des pays du sud se sont creusées quand celle de l’Allemagne se redressait à partir de 2002. En outre, l’ajustement des déficits externes au sud sera facilité si les importations accélèrent au nord. En attendant, même si les annonces récentes de la BCE atténuent le stress financier, la croissance promet de rester faible (-0,3% en 2012 pour l’ensemble de la zone euro) du fait de la cure d’austérité, complexifiant la réduction des dettes. La France devrait continuer à pâtir d’un contexte européen déprimé alors que le virage restrictif de sa politique budgétaire en 2012 (et qui se poursuivra en 2013) pèsera sur la demande interne. Dans le même temps, une baisse historique du pouvoir d’achat se profile : hausse de la fiscalité pesant sur les ménages, faiblesse prononcée des revenus d’activité et du patrimoine, tensions renouvelées sur les prix du pétrole et les prix des matières premières alimentaires. Le point sur l’année 2011 En 2011, les dépenses de maintenance étaient toujours en croissance malgré une conjoncture atone. La même année, les dépenses de maintenance ont progressé de +1,9% par rapport à 2010, à 21,2 milliards d’euros. Contrairement à 2010 qui marquait un coup d’arrêt au recul du budget de maintenance dans l’industrie avec une hausse quasi généralisée dans tous les secteurs, 2011 marque des contrastes sectoriels. 2011 a en effet été une année à deux vitesses avec un premier semestre qui est resté dynamique dans la tendance de 2010 avant de se laisser rattraper par la crise des dettes souveraines en Europe qui a marqué un point de retournement et un ralentissement de l’activité industrielle en général. L’augmentation des dépenses de maintenance globales a bénéficié d’un soutien de l’investissement industriel notamment porté par le secteur nucléaire dans le cadre de la prolongation des centrales mais également par d’autres secteurs tels que la mécanique et l’aéronautique qui restaient encore dynamiques. En revanche, durant la même période, d’autres secteurs ont souffert de la crise (automobile, raffinage, fonderie, papiercarton) et ont minoré la croissance globale des dépenses de maintenance soit par ajustement des budgets soit par l’arrêt d’unités de production. Évolution des valeurs et des grands ratios de la maintenance sur longue période En 2012, les dépenses globales de maintenance devraient ralentir leur rythme de croissance en raison de la conjoncture économique qui continue de marquer une période d’incertitudes. Elles devraient néanmoins rester positives avec une faible progression de l’ordre de + 0,1%. Source : Observatoire Réseau Maintenance 2012 – Prévisions de production réalisées par Pair-Conseil – Prévisions maintenance enquête Afim – Valouy Conseil Une croissance modérée des dépenses globales de maintenance en 2012. Les ajustements de dépenses de maintenance sont moins sensibles à la conjoncture en raison de la nécessité de maintenir un outil de production opérationnel pour s’adapter à une éventuelle reprise de la PRODUCTION MAINTENANCE ➤ OCTOBRE, NOVEMBRE, DÉCEMBRE 2012 ➤ PAGE 10

ACTUALITÉS entreprises & marché Baromètre de la maintenance industrielle en 2012 (Taux de croissance annuel 2012/2011 en %) Source : Production et effectifs industriels Pair- Conseil d’après INSEE – Enquête de conjoncture Afim-Valouy 2012 En synthèse, et d’un point de vue de la maintenance industrielle, le retournement conjoncturel au deuxième semestre 2012 laisse anticiper une période de stagnation sur les dépenses totales de maintenance. demande. Par ailleurs, l’analyse du secteur de la maintenance industrielle doit être réalisée en dissociant les tendances budgétaires à venir dans le domaine de la maintenance nucléaire de celle des autres secteurs industriels. Un aperçu de l’évolution en fonction de chaque grand secteur Le secteur nucléaire prévoit en effet d’augmenter ses dépenses de maintenance de manière très significative sur la période de projection (et après). Ainsi, ce secteur prévoit une augmentation de son budget de maintenance de + 248 M€en 2012 et de + 138 M€en 2013. Cette augmentation de budget devrait représenter plus de 77% de la croissance des dépenses totales de maintenance de l’industrie ces années là ! Il s’agira pour l’essentiel de dépenses de maintenance de niveau 4 et 5, réalisées en période d’arrêt (générateurs de vapeur, turbines, alternateurs…), c’està-dire quasiment des dépenses assimilables à des investissements de mise à niveau dans le but d’allonger la durée de vie des tranches nucléaires. En contrepoint de cette tendance, et si l’on enlève l’effet « centrales nucléaires », les mouvements de fonds dans les autres secteurs industriels sont nettement plus modérés. Dans la majorité des secteurs, l’atonie des budgets de maintenance des sites devrait caractériser les deux prochaines années. Seul le secteur de la mécanique (travail des métaux, assemblage mécanique, construction de machines) résistait encore et profitait de la dynamique de l’investissement industriel tant en France qu’en Europe. Mais le second semestre 2012 marque un ralentissement qui pourrait se prolonger sur 2013. La chimie qui avait connue une reprise dynamique en 2011 s’ajuste rapidement à une anticipation d’un ralentissement global de la demande et reste prudente sur l’évolution de ses dépenses totales de maintenance qui resteront en quasi stagnation. Certains secteurs (raffinage, papier-carton, fonderies) voient même leurs volumes globaux de dépenses décroître du fait de la fermeture de capacités de production. L’avant et l’après-2008 : quels enseignements liés aux évolutions des indicateurs économiques de la maintenance ? Le graphique ci-dessus présente l’évolution de la répartition des dépenses de maintenance, à l’échelle de l’industrie toute entière, par nature de moyens. Cette analyse est effectuée sur une année d’avant-crise (2008), pendant la crise (2009) et après la crise lors de la reprise de l’activité industrielle (2010 et début 2011). Malgré une relative stabilité des pourcentages de chacun des postes de dépenses au cours du temps et quelle que soit la conjoncture, la période actuelle dessine une tendance qui bénéficie à la sous-traitance industrielle. La lente érosion des effectifs industriels et dans une moindre mesure des effectifs de maintenance profite à la soustraitance de la maintenance qui sert de variable d’ajustement dans une période d’incertitude généralisée. Si la baisse des effectifs internes de maintenance est une réalité, celle ci reste modérée (-0,1% en 2011 et -1% prévus en 2012) et en dessous de la moyenne industrielle de la baisse des effectifs (-1% en 2011 ; -1,3% prévus en 2012). La volonté des industriels est de conserver un savoir faire interne en n’érodant pas trop les équipes internes de maintenance ■ Jean-Jacques Enrich Quelques précisions sur l’Observatoire Réseau Maintenance L’Observatoire Réseau Maintenance de l’Afim est réalisé en partenariat avec Valouy Conseil et Pair-Conseil. L’Afim (Association française des ingénieurs et responsables de maintenance) est une association loi 1901 qui fédère 1 600 adhérents appartenant à 1 100 entreprises industrielles. Elle a pour vocation la promotion et l’évolution des métiers liés à la maintenance, fonction essentielle de la performance des entreprises.Valouy Conseil est une société d’études indépendante spécialisée dans les approches économiques des secteurs industriels et des services à l’environnement. Pair- Conseil est une société d’études indépendante, sa vocation est d’aider les décideurs à comprendre et anticiper l’évolution de leur environnement. ➟Contact : jjenrich@afim.asso.fr PRODUCTION MAINTENANCE ➤ OCTOBRE, NOVEMBRE, DÉCEMBRE 2012 ➤ PAGE 11

Production Maintenance - Découvrez la revue en version digitale

Découvrez la revue en version digitale sur votre mobile

Pour vous abonner, joindre la rédaction, communiquer dans la revue ou simplement avoir plus d'informations sur votre métier, rendez-vous sur notre site internet :

www.production-maintenance.com